Archive pour la catégorie ‘Général’

Semaine Sainte (Pâques), entre fête chrétienne et fête populaire

Après les festivités de fin d’année, la Semaine Sainte, contrairement à ce que son nom indique, est la semaine la plus attendue et la plus festive en République Dominicaine. Elle est synonyme de retrouvailles familiales ou amicales, et aussi l’occasion de faire de nouvelles rencontres. Les habitants délaissent les villes pour se rendre dans leurs campos (campagnes) d’origine pour changer d’air ou visiter des proches.

On pourrait penser que durant cette semaine sainte, les dominicains se rendent à l’Église, ont des activités en relation avec la religion … et bien non. C’est une véritable liesse populaire. Les fêtes se déroulent dans la joie et l’allégresse, Tout le monde sort pour s’amuser, boire, rire ou chanter. La grande majorité en profitera pour se retrouver dans les rues et surtout sur les plages pour se divertir au maximum. Le Vendredi Saint, chacun s’occupe à sa façon : toute musique est interdite pendant 24 heures du jeudi soir minuit au vendredi soir minuit.

Les plus grandes fêtes ont lieu à Las Terrenas, Boca Chica et Sosua. Ce sont les destinations les plus recommandées pour découvrir les traditions et les folklores de la semaine sainte en République dominicaine.

Malheureusement, c’est aussi la semaine la plus dangereuse de l’année. Entre accidents de la route, noyade, intoxications alcooliques.
Si en France la tradition est d’offrir du chocolat à Pâques, nous, nous nous régalerons des traditionnelles habichuelas con Dulce un dessert typique de la Semaine Sainte (soupe froide faite à partir de haricots rouges, de patates douces, de lait concentré sucré, de lait de coco et de vanille) un vrai délice!

Cayo Levantado

Le petit îlot « Cayo Levantado » est un îlot paradisiaque fierté des Dominicains pour ses trésors naturels. Il est situé sur la côte Nord-Est de la République Dominicaine, dans la baie de Samaná, très proche de la côte. Il a prêté ses merveilles pour tourner de fameux spots commerciaux pour le rhum Bacardi. (D’où son surnom d’île Bacardi).
Tel un décor de carte postale la petite île est cernée par deux plages paradisiaques de sable blanc et leurs cocotiers inclinés sur les eaux qui offrent toute la gamme des bleus, on dirait une image sortie tout droit d’une carte postale.

La Playa Grande se situe près du débarcadère. La Playa Honda est accessible par un petit sentier fléché. Une partie de l’île est réservée aux clients de l’unique hôtel, le luxueux resort Gran Bahia Principe Cayo Levantado. Ces plages sont à éviter le week-end car prisé par de nombreux visiteurs ce minuscule îlot est rapidement bondé. On peut faire tout le tour de l’îlot en seulement 15 minutes à pied. Il faut compter deux heures pour s’y rendre en bateau depuis le quai de Samana, et beaucoup moins si l’on se laisse emmener par une barque de pêcheur à partir de la route menant au village de Las Galeras. « Cayo Levantado » est également un endroit privilégié d’où l’on peut voir des baleines à bosse Jorobadas durant la saison de Janvier à Mars.

cayo levantado
Un regroupement de plusieurs restaurants typiques vous offrira la possibilité de vous délecter de langoustes, poissons grillés, et autres plats typiques de la région.
Cette excursion est proposée à partir de « Las Terrenas » par de nombreuses agences, elle est aussi commercialisée couplée avec l’observation des baleines à bosse dans la baie de Samaná.

Recette de republique dominicaine

Voici quelques recettes et plats typiques de république dominicaine.

– LE SANCOCHO : plat national est, sans nul doute, le trésor culinaire le plus convoité de République Dominicaine. C’est un ragoût de légumes et de viandes réalisé pour les grandes occasions.

– LA BANDERA : c’est un plat qui fait office de repas complet composé de riz blanc, de haricots rouges, de viande bouillie, de tostones et d’une salade.

– LE PUERCO EN PUYA (puerco asado) : porc grillé à la broche.

– LE MORO : riz avec des haricots rouges ou d’autres types de féculents.
– MORO DE GANDULES :  riz avec des  pois d’angole et viande de porc.

– LE MANGU : purée de bananes plantain avec des oignons frits, qui accompagne la viande ou les œufs.

– LE CASABE : galette de manioc d’origine taïno, fourrée, aromatisée ou nature.

– LES CHICHARRONES : morceaux de porc ou le plus souvent de poulet panés et frits à l’huile.

– LE PESCADO CON COCO : poisson en sauce au lait de coco, plat typique de Samanà.

– MIJOTE DE DORADE AU CURRY ET LAIT DE COCO

– LES PASTELES EN HOJAS : pâtés de viande et de légumes cuits dans une feuille de bananier.

– LES TOSTONES : rondelles de banane plantain frites.

– LE MONFONGO : Mélange de tostones et de tripes ou viande à la mode dominicaine.

– L’ASOPAO : soupe épaisse de riz et légumes avec de la viande.
– ARROZ CON POLLO : riz au poulet
– PASTELON DE BERENJENAS : gratin d’aubergines
– CHIVO ADOBADO : daube de cabri

– ENSALADA DE YUCA Y AGUACATES  (salade de manioc et avocats)
– QUIPE  (croquette de viande et boulgour)
– BERENJENAS RELLENAS   (aubergines farcies)
– PASTELON DE POLLO   (gratin de poulet et légumes)
– CAMARONES A LA CRIOLA      (crevettes à la créole)
– HABICHUELAS CON DULCE : dessert typique à base de haricots.

– DULCE DE COCO TIERNO CON LECHE DULCE DE COCO AU LAIT  (dulce de coco au lait )

– DULCE DE LECHE CORTADA  (confiture de lait)

– FLAN DE COCO   (flan à la noix de coco)

– ARROZ CON LECHE   (riz au lait)

 

SANCOCHO  (Ragout de 7 viandes)

Ingrédients :

500 gde porc,1 kgde patates douces

500 gde bœuf, 6 épis de maïs

500 gde chèvre,1 kgde potiron

1 saucisse longaniza, 2 cuil. à café d’origan

500 gde viande fumée,5 litresd’eau

500 gde lard gras, 1 grosse gousse d’ail

1 poulet (1,8 kg), 7 à 8 cuil. à soupe de sel

5 bananes plantain vertes, 8 grains de poivre de la Jamaïque (ou une pincée de 4 épices)

1 kgde malanga (tubercule tropical), 1 pâte d’achiote verde (condiment mexicain à base de rocou)

1 kgd’igname, 1/4 de tasse de jus d’orange amère ou de citron

1 kgde taro (tubercule tropical), 1/4 de tasse de vinaigre

1 kgde manioc

Piment en poudre

Préparation :

Nettoyez le poulet et découpez-le en morceaux. Découpez toutes les autres viandes en morceaux et lavez-les. Assaisonnez-les avec les épices, l’ail et le sel et mettez les dans un grand faitout ; ajoutez l’eau et laissez cuire jusqu’à ce qu’elles soient tendres, en ajoutant la moitié du potiron à mi-cuisson.

Ajoutez les légumes découpés en morceaux, en incorporant les plantains en premier puis tout le reste par dessus. Si vous le souhaitez, vous pouvez également ajouter un os de jambon en même temps que les légumes. Goûtez et complétez si besoin avec du sel et du piment. Laissez plus ou moins épaissir, selon votre goût.

Note :Le jus de l’orange amère et le vinaigre doivent être ajoutés au sancocho au tout dernier moment sans quoi ils risquent de faire brunir la sauce. Si vous aimez les plats très relevés, vous pouvez utiliser de la sauce piquante ou du piment fort.

LA BANDERA DOMINICANA
Littéralement, le drapeau dominicain pour ses couleurs Rouge-Bleu-Blanc
Ingrédients :
2 kilos de paleron (boeuf)ou jarret coupé en morceaux.
1 petite boîte de concentré de tomates.
250 g de haricots rouges.
Piler au mortier un mélange de 5 gousses d’ail,  petits piments doux, 1 cuillèrer à café d’origan, 2 branches de coriandre avec 1 cuillère à café de gros sel, thym  (ou épice sazon tout préparé ).
Piler énergiquement et partager en deux.  (1 moitié pour la viande et l’autre moitié pour le moro)

1 poivron vert en lamelles .
2 oignons moyens.
sel et poivre.
Facultatif: un mélange fait à base de concentré de tomates, d’oignon, d’ail, d’origan et de coriandre..
Préparation :

– Mettre dans un saladier et laisser mariner 1/2 heure: La viande, le 1/2 poivron, 1 oignon, la moitié du pilon. Ajouter 2 cuillers à soupe de vinaigre.
– Dans la cocotte, bien chaude, jeter 2 cuillers à soupe d’huile et 1/2 cuiller à soupe de sucre. Obtenir un caramel presque noir et y mettre ensuite les morceaux de viande sans les aromates.
– Faire braiser jusqu’à évaporation de l’eau de la viande, et jusqu’à ce que cette dernière soit colorée (au moins 1/2 heure sur feu vif non couvert).
– Rajouter ensuite un bol d’eau tout autour de la cocotte. Recouvrir et mettre à feu doux jusqu’à évaporation complète de l’eau.
On sert :
– La viande dans un plat.
– Le riz (El Moro) aux haricots (voir recette suivante) dans un autre accompagné d’une salade composée de tomates, laitues, concombres, avocats assaisonnés d’une vinaigrette au goût de chacun.

 

MORO DE HABICHUELAS  (riz aux haricots noirs)
Ingrédients:
1 kg de riz long
6 tasses d’eau
1 boîte de haricots rouge (400 grammes)
½ oignon, coupé en petits dés
1 petit poivron vert
1 cube de bouillon de volaille
2 cuillérées à soupe de concentré de tomates
Piler au mortier un mélange de 3 gousses d’ail,  petits piments doux, 1 cuillère à café d’origan, 2 branches de coriandre avec 1 cuillère à café de gros sel, thym  (ou épice sazon tout préparé ).
Piler et partager en deux.

1- Haricots rouge
– Cuire les haricots rouge dans de l’eau froide non salée jusqu’à ce qu’ils soient mous.
– Ajouter la marinade et un peu d’eau si nécessaire pour que ce ne soit pas trop sec.
– 3/4 d’un bouillon cube de boeuf et 1,5 cuillère à soupe de sauce tomate.
– Couvrir à moitié d’eau et laisser mijoter à feu doux.
– Goûtez et ajoutez du sel et du poivre à votre convenance.
– Riz (préparation et cuisson avec les haricots).
– Mettre dans une autre cocotte la moitié des épices et des aromates réservés auparavant (ail,  piments doux, origan, coriandre).
– 2 cuillères à soupe de concentré de tomate.
– 2 cuillères à soupe d’huile.
– 2 cubes de bouillon de boeuf.
– Si vous aimez: Ajoutez une petite boîte de lait de coco.
– Cuisson des haricots rouge et du riz
– Faire revenir l’assaisonnement gardé pour le riz.
– Y mettre les haricots rouge cuits auparavant et égouttés. Garder un quart de litre de cuisson.
– Faire mijoter.
– Laver le riz et le mettre dans les haricots avec l’eau des haricots et 1/4 de litre supplémentaire. Saler.
– Laissez mijoter à feu doux en remuant de temps en temps.
– Quand c’est sec, rajoutez deux cuillers d’huile d’arachide et mélangez.
– Couvrir avec une feuille d’aluminium et un couvercle.
– Après 20 minutes de cuisson à feu très doux, on retourne le riz et on laisse cuire encore 5 minutes.
– C’est prêt.

Servir avec la viande (recette ci dessus) ou avec des fruits de mer.

 

MORO DE GANDULES   (riz et pois d’angole)

Ingrédients :  Pour 12 personnes

1 kgde riz

50 gde lard salé

½ saucisse (longaniza)

3 cuil. à soupe de vinaigre

5 cuil. à soupe de concentré de tomates

½ cuil. à café d’origan

½ tasse d’huile

1/8 cuil. à café de piment en poudre

8 tasses d’eau

1 petit bouquet de persil

3 gousses d’ail écrasées

2 brins de coriandre de savane

500 gde tomates

1 poivron vert

4 tasses de pois d’angole (variété de pois tropical)

1 gros oignon émincé

3 cuil. ½ à café de sel

Préparation :

Écossez et lavez les pois et mettez-les dans une casserole d’eau, à feu vif. Quand l’eau bout, couvrez-les et baissez le feu.
Laissez-les cuire environ 50 minutes. Ils doivent être tendres mais pas défaits.

Lavez et découpez le lard salé et la longaniza en morceaux.
Versez deux cuillerées à soupe d’huile dans la casserole où vous ferez cuire le riz et faites chauffer.
Faites-y revenir le lard et la longaniza, puis ajoutez les oignons, l’ail écrasé et les tomates lavées et coupées en quartiers. Une fois le tout revenu, ajoutez les pois égouttés et remuez.

Prélevez 5 tasses d’eau de cuisson des pois et ajoutez-les à la poêle.
Ajoutez le reste des ingrédients puis, dès que le liquide bout, incorporez le riz rincé et égoutté.
Remuez une fois ou deux fois jusqu’à ce que le liquide commence à être absorbé puis baissez le feu, couvrez et laissez cuire 10 minutes.
Ajoutez l’huile et laissez cuire encore une dizaine de minutes. Remuez pour éviter que le riz n’attache au fond de la casserole.
Couvrez et laissez cuire encore 5 minutes. Vous pouvez arroser d’un filet d’huile avant de servir.

Note : Lorsque vous cuisez des légumes à l’eau, commencez toujours la cuisson dans l’eau froide sous peine de les voir durcir et donc cuire plus lentement.

On peut accommoder le riz de la même façon avec des fèves, des haricots blancs, des petits pois, des haricots verts ou des pois chiches.
MANGU DE PLATANO  (Purée de bananes plantains)
Ingrédients pour 4 personnes

10 bananes plantain vertes
1/2 c. à soupe de vinaigre
beurre ou margarine
sel – poivre
2 oignons en lanières
lait ou crème fraîche
Préparation :
Peler et couper, en tranches pas trop épaisses, les bananes dans la longueur.
Les recouvrir d’eau bouillante, ajouter du gros sel pour la cuisson.
Une fois les bananes cuites (entre 15 et 20 minutes), égoutter toute l’eau de cuisson.
Piler les morceaux afin d’obtenir une belle purée bien lisse. Ajouter ensuite le beurre et un peu de lait.
Poivrer et saler.
Dans une poêle, faires dorer les oignons. Lorsque les oignons commencent à brunir, ajouter le vinaigre et une pincée de sel. Poursuivre la cuisson 1 minute et retirer.
Servir la purée de banane plantain recouvert de d’oignons frits.
C’est la recette traditionnelle.
Pour avoir une purée plus savoureuse, ajouter une bonne cuillérée de crème fraîche.

 

CHICHARRONES   (viande panée de porc ou poulet)

Ingrédients  pour 4 personnes

1 poulet coupé en 16 morceaux  ou 4 blancs de poulet coupés en gros dés

50 cl d’huile de friture

100g de farine

1/2 c. à c. de paprika

2 citrons verts coupés en quartier
Sel, poivre
Marinade :
2 cm de gingembre râpé,
2 c. à s. de sauce soja,
le jus de 2 citrons verts,
2 c. à s. de rhum ambré,
1 c. à c. de vinaigre blanc,
une pincée de piments
Préparation :
Mélanger tous les ingrédients de la marinade et y déposer les morceaux de poulet. Couvrir le plat et réserver au frigo durant 12 à 24 heures.
Sortir le poulet mariné du frigo 1h avant de le cuisiner. L’égoutter.
Faire chauffer l’huile de friture.
Mélanger la farine, le paprika, le sel et le poivre dans un récipient qui puisse fermer.
Déposer les morceaux de poulet dans le récipient, fermer et secouer.
Sortir les morceaux de poulet et ôter l’excédent de farine en les secouant légèrement.

Faire frire les morceaux dans le bain d’huile chaude par petites quantités. Les sortir et les égoutter sur du papier absorbant dès qu’ils sont bien dorés.
Servir avec les quartiers de citrons verts.

 

PESCADO CON COCO – (poisson à la noix de coco) recette 1
Recette 1

Ingrédients :   Pour: 6 personnes

1 Kg de poisson préparé
2 gousses d’ail
sel
2 bouillon de poule
1 cuillère d’origan
4 cuillères de sauce tomate
2 feuilles de laurier
2 petits poivrons vert
2 oignons
1 tasse de lait de noix de coco
2 tasses d’eau

Préparation :

Parfumez le poisson pendant 15 min avec l’ail, le sel et l’origan. Puis, dans une poèle à feu doux, faites chauffer un peu de lait de coco, le bouillon, l’oignon, le poivron et le laurier pendant 3 min. Ajoutez la sauce tomate, le reste de lait de coco et l’eau, en remuant constamment à feu vif jusqu’à ce que le mélange épaississe.
Ajoutez le poisson et laissez cuire à feu doux pendant 15 ou 20 min.

 

PESCADO CON COCO -2   (poisson à la noix de coco) recette 2
Recette 2
Ingrédients :

1,2 kg de poisson
2 cuil. à soupe de jus de citron vert
2 noix de coco moyennes
1 pincée de poivre
1 grosse tête d’ail ou 1 ½ si elles sont petites
1 tasse d’huile
3 cuil. à café de sel
Farine pour couvrir les tranches de poisson
½ cuil. à café d’origan

Préparation :
Écaillez le poisson, lavez-le et séchez-le avec un papier absorbant puis découpez-le en darnes.
Écrasez l’ail, mélangez-le avec le sel, le jus de citron, l’origan et le poivre.
Versez cet assaisonnement sur le poisson.
Laissez mariner pendant une heure.
Farinez les darnes de poisson et faites-les frire dans l’huile chaude (180 °C).

Sauce :

Ingrédients :

L’huile utilisée pour frire le poisson
1 poivron rouge coupé en rondelles
La marinade du poisson
1 feuille de laurier
1 oignon moyen coupé en rondelles
2 cuil. à soupe de poireau haché
1 poivron vert coupé en lamelles
1 petit bouquet de persil
4 tomates
3 cuil. à soupe de concentré de tomates

Préparation :

Faites dorer les oignons dans l’huile chaude, ajoutez tomates, poivrons, poireaux, feuille de laurier, persil et concentré de tomates. Faites revenir 5 à 8 minutes. Versez le lait de coco allongé d’une tasse d’eau chaude dans le faitout où vous finirez de cuire le poisson. Faites chauffer doucement. Ajoutez les petits légumes rissolés. Laissez mijoter quelques minutes à feu doux sans faire bouillir. Ajoutez les darnes de poisson, couvrez et laissez cuire à feu doux 15 à 20 minutes. Ajoutez une cuillerée à soupe de jus de citron. Transférez dans un plat de service en prenant garde de ne pas abîmer les darnes de poisson.

Versez la sauce sur le poisson qui est déjà sur son plat de présentation, en réservant quelques lamelles d’oignon et de poivron rouge pour décorer.

Note : Lorsque vous ajoutez les petits légumes sautés au lait de coco, faites attention de ne pas laisser bouillir le mélange sous peine de voir la sauce tourner. Une fois qu’on a ajouté le poisson cela n’a plus d’importance car la farine (présente sur le poisson) évite ce problème.

 

 

MIJOTE DE DORADE AU CURRY ET LAIT DE COCO

Ingrédients :

Pour 4 Personne(s)

4 pavés de poisson

2 c. à soupe d’huile d’olive

1 oignon

2 poivrons

20 cl de lait de coco

20 cl d’eau

2 c. à soupe de curry en poudre

sel

poivre

Préparation :

Valeur calorique pour une personne : 180 Kcal.

Épluchez et émincez finement l’oignon.

Lavez et coupez en deux les poivrons. Enlevez les graines et émincez-les en lamelles.

Dans une casserole à fond épais, faites revenir l’oignon et les poivrons dans 1 c. à soupe d’huile d’olive pendant 5 min.

Ajouter ensuite les deux curry et mélangez pendant encore 2 min.

Incorporez doucement le lait de coco puis l’eau.

Une fois que la sauce commence à frémir, rajoutez la dorade coupée en gros morceaux.

Salez et poivrez.

Laisser mijoter 10 min en retournant le poisson toutes les 5 min. Vérifiez la cuisson avec la pointe d’un couteau.

Servez avec du riz ou des pâtes.

 

PASTELES EN HOJAS     (chaussons dans feuilles de bananier)

Ingrédients :

12 feuilles de bananier plantain
1,2 kg de taro ou malanga (tubercule tropical)
2 bananes plantain vertes
3 oranges amères (ou oranges normales + citrons)
1 bouteille d’huile
200 g de rocou ou annatto
2 boîtes de lait concentré
1 litre de lait
Sel à volonté

Farce :
6 œufs durs hachés
4 petits sachets de raisins secs
1 boîte de pois chiches
1,5 kg de porc cuit
225 g de jambon cru finement haché
1 kg de bœuf cuit

Préparation :
Lavez les feuilles de bananier, râpez les malanga et bananes plantain. Mettez la poudre d’annatto dans l’huile. Versez une tasse d’huile dans les légumes râpés et réservez une autre tasse d’huile pour enduire les feuilles de bananier quand vous préparerez les chaussons. Mixez légumes et huile au mixer électrique afin d’obtenir une purée.

Farce :
Assaisonnez la viande avec ail, oignon, sel et poivre puis cuisez-la et hachez-la très fin. Enfin, ajoutez-la aux autres ingrédients. Une fois que la pâte et la farce sont prêtes, formez les chaussons. Prenez une feuille de bananier plantain et huilez-la avec l’huile colorée à l’annatto. Mettez une grosse cuillerée de purée de légumes dessus puis déposez une cuillerée de farce par-dessus, fermez la feuille à la manière d’une enveloppe puis ficelez-la. Faites bouillir de l’eau salée dans un grand faitout. Plongez-y les chaussons et laissez cuire pendant 1 heure.

 

TOSTONES          (bananes plantains frites)

Ingrédients :   Pour: 4 personnes

3 bananes plantains

Huile

Préparation :

Coupez les bananes en rondelles un peu épaisses et retirez la peau.
Dans de l’huile bien chaude faites préfrire les bananes, jusqu’à ce qu’elles changent légèrement de couleur.
Retirez-les du feu et avec un verre (type whisky) ou encore mieux si vous avec l’ustensils à toston, écrasez les rondelles afin d’obtenir des galettes un peu fines (0,5-1 cm d’épaisseur) et remettez-les dans l’huile jusqu’à ce qu’elles soient bien croustillantes.
Egouttez-les, salez bien et surtout mangez chaud!

 

MOFONGO     (purée de banane plantain et porc)

Ingrédients :

3 bananes plantains.
1/4 de kilo de porc frit en petits morceaux
2 gousses d’ail
1 cuillère d’huile d’olive
Grande quantité d’huile végétale
Eau
Préparation :

Pelez les bananes et coupez-les 1) en 2, 2) en diagonal, 3) en tranches fines de 2cm de large.
Faites-les tremper dans 4 tasses d’eau et 1 cuillère de sel pendant 15 minutes.
Egouttez-les.
Faites chauffer beaucoup d’huile végétale, ajoutez les morceaux de bananes et faites-les frire lentement pendant 15 minutes, jusqu’à ce qu’elles cuisent, sans qu’elles grillent. Retirez-les et égouttez-les. Avec un pilon, écrasez l’ail et mélangez avec l’huile d’olive. Retirez. Ecrasez avec le pilon 3 morceaux de banane frits. Ajoutez un peu de porc frit et écrasez. Ajoutez un peu d’ail et huile écrasé. Formez des boulettes et servez chaud.

 

MOFONGO DE CAMARONES   (Purée de bananes vertes aux crevettes)

Ingrédients  (4 portions)

4 grosses bananes vertes, pelées et coupées en morceaux
L’huile végétale pour la friture
1 comprimé de bouillon de poulet
11 / 2 tasse d’eau
2 gousses d’ail

2 cuillères à soupe d’huile d’olive
24 grosses crevettes, décortiquées et déveinées
4 grosses tomates, hachées
1 / 2 oignon, haché finement
1 gousse d’ail, hachée
sel et poivre
1 / 4 tasse de poivron rouge
1 / 2 cuillère à café de cumin moulu
1 / 4 tasse de coriandre fraîche
Préparation :

Remplir une grande poêle avec l’huile et chauffer l’huile à feu moyen-élevé .

Placer l’ail écrasé, l’eau, le bouillon de poulet dans le four micro-ondes et faire chauffer pendant 1 minute. Mettez de côté.

Ajouter délicatement les morceaux de banane plantain à l’huile chauffée et les faire frire pendant 4 minutes de chaque côté.

Retirez les bananes plantains de l’huile et les placer sur une assiette recouverte de papier absorbant pour absorber l’huile.

Placez les morceaux de banane plantain dans un bol ou Pilon (bois de mortier), ajouter le mélange d’eau et de l’ail et écrasez jusqu’à consistance lisse. Bien mélanger, couvrir et mettre de côté.

Pour rendre les crevettes: Chauffer l’huile d’olive dans une grande poêle. Ajouter les oignons et cuire pendant environ 2 minutes ou jusqu’à ce que translucide. Ajouter le poivron rouge, l’ail, les tomates et le cumin. Cuire pendant environ 7 minutes de plus.

Assaisonnez les crevettes avec le sel et le poivre et ajouter au mélange de tomates. Cuire pendant environ 7 minutes de plus. Ajouter la coriandre et bien mélanger.

Pour servir, répartir les plantains écrasés aussi en 4 petits bols. Garnir chaque bol avec 6 crevettes et sauce créole. Servir immédiatement.

 

ASOPAO DE POLLO
Ingrédients
1 cuillère à café d’origan
sel – poivre noir fraîchement moulu
2 gousses d’ail
10 morceaux de poulet, sans peau
huile d’olive
1 tasse et 1 / 2 tasses de sauce sofrito
½ boite tomate pelée
1 tasse et 1 / 2 de riz à grain moyen
25 cl de vin blanc sec
200 g de jambon cuit
1 pot (4,4 oz) de câpres, égouttées,
4 tasses d’eau,
1 boîte (15,75 oz) de bouillon de poulet, faible en sodium,
1 tasse de petits pois.

Préparation:

Mélangez l’origan, le sel, le poivre et l’ail dans un bol. Badigeonnez  le poulet.
Chauffer l’huile à feu moyen-vif dans une poêle antiadhésive.
Ajouter le poulet et cuire 8 minutes, en retournant une fois. Réduire à feu moyen.
Verser la sauce sofrito et la tomate.
Cuire 3 minutes, en remuant fréquemment.
Ajouter le riz, le vin, le jambon et les câpres.
Faites cuire une minute en remuant constamment.
Ajouter l’eau et le bouillon de poulet. Porter à ébullition.
Couvrir avec le couvercle.

ARROZ CON POLLO   (riz au poulet)

Ingrédients :

1 kg de riz
1 tasse d’eau
1 poulet de 1,5 kg
½ tasse d’olives
1 gros oignon
6 tasses d’eau
1 petit bouquet de persil
2 cuil. à soupe de vinaigre
1 feuille de laurier
½ cuil. à soupe de câpres
1 poivron vert
1 cuil. à soupe de Worcester sauce
4 gousses d’ail écrasées
½ cuil. à café d’origan
100 g de jambon cru
4 cuil. ½ à café de sel
100 g de fromage coupé en lamelles
Une pincée de poivre blanc
1 grosse boîte de petits pois
½ tasse de concentré de tomates
1 petite boîte de poivrons rouges grillés
1 orange amère ou un citron
¾ de tasse d’huile

Préparation :

Découpez le poulet en morceaux, lavez-les à l’eau puis arrosez-les de jus d’orange amère ou, à défaut, de jus de citron.

Versez la moitié de l’huile dans une sauteuse et faites-y revenir les oignons avec la moitié des épices. Diluez le concentré de tomates dans 1 tasse d’eau puis versez-le dans la sauteuse. Quand le liquide bout, mettez le poulet et laissez cuire à feu doux jusqu’à ce qu’il soit tendre.

Faites revenir le jambon avec 2 cuillerées à soupe d’huile dans le faitout où vous ferez mijoter le poulet avec le riz. Ajoutez le poulet, le reste de l’eau et des épices. Lorsque l’eau bout, versez le riz rincé et égoutté. Remuez deux ou trois fois. Couvrez votre faitout avec une feuille de papier Kraft imbibée d’eau.

Au bout de 15 minutes ajoutez le reste de l’huile et remuez. Laissez cuire 15 minutes supplémentaires. Remuez à nouveau et ajoutez la moitié de la boîte de petits pois, le fromage et les poivrons, en réservant l’autre moitié pour décorer au moment de servir. Servez avec des bananes plantain vertes frites et une salade verte.

 

PASTELON DE BERENJENAS     (gratin d’aubergines)

Ingrédients :

10 aubergines moyennes
500 g de lard et deux piments finement hachés
2 cubes de bouillon de volaille
4 œufs
2 oignons blancs finement hachés
1 noix de margarine
Parmesan râpé
3 cuil. à soupe de farine
1 cuil. à café de levure
1 boîte de lait concentré
1 cuil. à café de bicarbonate de soude

Préparation :
Épluchez les aubergines, coupez-les en tranches et laissez-les tremper un petit moment dans de l’eau salée.  Faites fondre la margarine dans une cocotte et faites-y revenir les oignons, le piment et le lard. Lorsqu’ils sont dorés, ajoutez les aubergines. Baissez le feu et laissez cuire jusqu’à ce que les aubergines aient la consistance d’une purée. Ajoutez la farine, mélangez bien, ajoutez le lait, le bouillon et la levure. Ajoutez les œufs battus hors du feu. Beurrez un large moule en Pyrex et versez-y le mélange. Parsemez de parmesan râpé. Faites cuire au four (180 °C) pendant 35 minutes. Pour 15 personnes.

 

CHIVO ADOBADO   (daube de cabri)

Ingrédients pour 12 personnes :

3 kg de cabri
7 cuil. à café de sel
1 tasse ½ de rhum
2 cuil. à café d’origan
½ tasse de concentré de tomates
1/4 cuil. à café de poivre
1/2 cuil. à café de piment en poudre
500 g d’oignons émincés
750 g de pommes de terre
6 gousses d’ail écrasées
500 g de carottes
2 feuilles de laurier
2 tasses de petits pois
2 cuil. à soupe de vinaigre
2 tasses de fèves
1 gros poivron vert
1 cuil. à soupe de câpres
1 tasse de jus d’orange
Une vingtaine d’olives
1 petit poireau
1 tasse ½ d’huile
1 petit bouquet de persil
3 oranges amères (ou oranges normales + citrons)

Préparation :
Découpez la viande en morceaux. Lavez-là bien et arrosez-là du jus d’orange amère et d’une demie (½) tasse de rhum. Laissez-là mariner au réfrigérateur pendant plusieurs heures, ou de préférence toute une nuit. Au bout de ce temps, sortez-là et assaisonnez avec sel, poivre, épices et ail.

Versez l’huile dans une poêle et faites dorer doucement les morceaux de viande sur toutes les faces. Couvrez et faites cuire à feu doux en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que la viande ait une couleur dorée et que toute l’eau de cuisson soit évaporée. Quand la viande est tendre, ajoutez le concentré de tomates dilué dans une tasse d’eau, les carottes, le jus d’orange et assaisonnez à votre goût. Couvrez et laissez cuire à feu doux pendant 15 minutes.

Ajoutez les pommes de terre coupées en morceaux, les câpres et le reste du rhum. Lorsque les pommes de terre sont cuites, ajoutez les fèves et les petits pois cuits à l’eau ainsi qu’un gros oignon émincé. Ajoutez les olives avant de servir. Servez très chaud.

 

ENSALADA DE YUCA Y AGUACATES  (salade de manioc et avocats)

Ingrédients :

4 kg de manioc coupé en petits cubes et cuit à l’eau avec une cuillerée à café de sel puis égoutté.

4 tasses de mayonnaise

3 oignons blancs moyens, coupés en dés

Jus de 6 citrons

10 gros avocats, coupés en dés

8 cuil. à soupe de vinaigre

1/2 tasse d’huile d’olive

1 cuil. 1/2 à café de poivre

Préparation :

Mélangez les avocats avec le jus de citron, puis le manioc avec tous les autres ingrédients. Mettez ces deux préparations au réfrigérateur puis au moment de servir, vérifiez l’assaisonnement (sel).

Servez ensemble, sur un lit de laitue.

 

QUIPE    (croquette de viande et boulgour)

Ingrédients :

1 kg de viande de bœuf hâchée
1 1/2 tasse de blé (boulgour) lavé et écrasé  (qui aura passé une nuit dans de l’eau)
2 gros oignons
1 poivron vert

1 poivron rouge
3 branches de menthe douce
Origan ou herbes de provence
2 tasses  d’eau glacée avec du concentré de tomate
raisins secs (facultatif)

sel, poivre, huile d’olive et une touche de canelle

Préparation :

Bien égoutter le boulgour

Hâchez les oignons , les poivrons en petits cubes et la menthe très finement
Mélangez aussitôt le sel, le poivre et la canelle.
Dans un récipient assez grand mélangez bien la viande avec le reste des ingrédients.
Vérifiez que le tout soit suffisamment salé.
Faites des boules de la taille d’une noix et donnez-lui une forme d’oeuf.
Quand toutes les croquettes sont formées, faites-les frire dans de l’huile bien chaude jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées.

 

BERENJENAS RELLENAS   (aubergines farcies)

Ingrédients :   Pour: 5 personnes
6 aubergines coupées en cubes
1 bouillon de cube
500g de viande hâchée (si possible boeuf et poulet) déjà cuite
250g de fromage râpé (gruyère ou équivalent)
Oeufs et farine

Sel

Préparation :

Faites chauffer à feu doux dans une poèle les aubergines avec un peu d’eau, ajoutez le bouillon jusqu’à ce qu’il se dilue.
Laissez refroidir un peu, puis faites une pâte en ajoutant oeufs et farine afin d’obtenir un mélange solide.

Dans un plat allant au four, couche par couche, mettez la viande, le mélange, le fromage, sel…
Faites cuire th. 7 pendant 35 min. Servir avec du riz blanc.

 

PASTELON DE POLLO   (gratin de poulet et légumes)

Ingrédients :   Pour: 4 personnes

4 gros blancs de poulet

8 pommes de terre

4 carottes

Sauce béchamel (beurre, lait, farine, fromage râpé)

Fromage râpé

Préparation :

Faites bouillir les pommes de terre et les carottes pelées et coupées en rondelles.
Faites dorer le poulet dans un peu de margarine.
Dans un plat allant au four, mélangez le poulet, les pommes de terre et les carottes, recouvrez de sauce béchamel et couvrez le tout d’une bonne couche de fromage.
Faites cuire à four chaud pendant 25 ou 30 min.

 

CAMARONES A LA CRIOLA      (crevettes à la créole)

Ingrédients :
1 livre de crevettes grises de Samana lavées
3 branches de coriandre fraîche
1 oignon
1 poivron vert
1 tomate
1 cuillerée de « sofrito » (voir recette ci après)
2 gousses d’ail écrasées
1 cube de bouillon (du genre maggi cubor)
2 cuillerées d’huile
1/4 de tasse d’eau
sel et poivre
Préparation :

Dans une poêle, commencez par faire chauffer l’huile à température moyenne ensuite ajouter l’oignon, le poivron vert et la tomate coupée en petits morceaux.
Attendez 10 minutes et ajoutez le « sofrito », les gousses d’ail écrasées, la coriandre fraîche émincée, le bouillon maggi, les crevettes grises préalablement lavées et l’eau.
Mélanger tous les ingrédients, couvrir la poêle et la laisser cuire environ 25 minutes ou jusqu’à ce que la sauce épaississe à une température moyenne.

Préparation de la sauce créole :
¼ de tasse d’oignons émincés
¼ de tasse de poivrons verts émincés
2 cuillères d’huile d’olive
½ tasse d’eau
1 boîte de tomate
1 cuillère de vinaigre
Tabasco
Faire revenir l’oignon et le poivron dans l’huile, ajouter le reste des ingrédients, laisser cuire à feu doux pendant 10 minutes. A utiliser avec du riz, des fruits de mer, le poisson ou avec de la viande rôtie
Préparation du Sofrito

Il se prépare en général avec les ingrédients suivants :

1 Oignon et/ou 2 gousses d’Ail dégermés et hachés.

1 ou 2 Piments oiseaux pili-pili piquin ou habaneros, ou en poudre (attention au dosage s’il y a déjà de l’ail, enlever les graines et les veines blanches et laisser le entier pour le retirer à la fin de la cuisson)

1kg Tomates

Achiote pour donner la couleur jaune à substituer par du curcuma sinon

4 cuillères d’ Huile d’olive

Un soupcon de Sucre si les tomates sont trop acides chez nous.

 

HABICHUELAS CON DULCE  (créme de haricots rouges)
Ingrédients :

500 g de haricots rouges en conserve ou qui auront été préalablement ramollis dans de l’eau pendant au moins 8 heures (avec un baton de canelle)

Lait d’une noix de coco + ½ tasse d’eau

8 ou 10 tasses d’eau

2 bâtons de cannelle

50 g de beurre

8 ou 10 clous de girofle

½ cuil. à café de noix de muscade

3 tasses de lait
1 boite de lait concentré

Pain au manioc grillé ou biscuits au lait type « petits beurres »

1 cuillère à café de vanille

1 cuil. à soupe de sel

1 kg de patates douces

250 g de pruneaux

2 à 3 tasses de sucre

Préparation :

Écossez les haricots, lavez-les et faites-les cuire dans l’eau avec la cannelle et les clous de girofle jusqu’à ce qu’ils soient tendres.
Une fois cuits, écrasez-les ou mixez-les pour les réduire en purée.
Ajouter trois tasses d’eau et le lait.
Passez à travers une passoire fine.
Ajoutez le sucre et le sel.
Versez ce mélange dans une casserole et portez à ébullition à feu vif en remuant avec une cuillère en bois.
Réduisez le feu et ajoutez les patates douces épluchées et coupées en petits morceaux ainsi que les pruneaux dénoyautés et hachés.
Quand les patates douces sont tendres, parsemez de noix de muscade et ajoutez le lait de coco, le lait concentré et la vanille.
Laissez cuire encore 2 ou 3 minutes.
Ajoutez le beurre hors du feu.
Servez sur du pain au manioc grillé ou avec des biscuits au lait type « petits beurres ».

 

DULCE DE COCO TIERNO CON LECHE   (dulce de coco au lait )

Ingrédients :

2 noix de coco très tendres (jeunes)

3 tasses de sucre

1 zeste de citron vert

5 ou 6 tasses de lait

Préparation :

Ouvrez les noix de coco qui doivent avoir une pulpe très tendre.
Détachez la pulpe de la noix et retirez la peau brune qui la recouvre. Lavez la pulpe. Hachez-là au mixer (lame large).

Versez le lait et le sucre dans une casserole à large fond ou une casserole en cuivre. Quand l’aspect est celui d’un sirop clair (ou que le thermomètre de cuisson affiche 105 °C), ajoutez la noix de coco hachée et remuez constamment avec une cuillère en bois pour l’empêcher d’attacher ou de brûler.
Réduisez à feu moyen et laissez cuire en remuant jusqu’à ce que le fond de la casserole soit visible. Réduisez à feu doux et laissez cuire encore quelques minutes en remuant.

 

DULCE DE LECHE CORTADA  (confiture de lait)

Ingrédients :

2 litres de lait

2 tasses de sucre

Jus de 3 citrons

1 cuil. à café de sel
2 bâtons de cannelle

Préparation :
Mettez le lait et le sucre dans un récipient et mélangez bien jusqu’à ce que le sucre soit dissous.
Chauffez à feu doux et versez le jus de citron sur toute la surface du lait. Ne remuez pas. Le dessert sera prêt lorsque le sirop commencera à faire des bulles.

« FLAN DE COCO »   (flan à la noix de coco)

Ingrédients :   Pour: 5 personnes:

1 grande conserve de lait condensé (300g)

1 grande conserve de lait concentré (300g)

La même quantité de lait demi-écrémé

La même quantité de crème de noix de coco

6 oeufs

Préparation :

Battre les œufs entiers à l’aide d’une fourchette
Mélangez tous les ingrédients, 1 par 1, la noix de coco en dernier, enlevez les grumeaux .
Faire cuire à four chaud, th. 7, remuez à mi-cuisson, jusqu’à ce qu’il obtienne une consistance de flan, légèrement doré sur le dessus. Servir froid.

 

 

« ARROZ CON LECHE »   (riz au lait)

Ingrédients :   Pour: 8 personnes:

1 tasse de riz lavé et égoutté

4 tasses d’eau bouillante

1 baton de cannelle

Un zeste de citron ou d’orange

1 grande conserve de lait condensé (400g)

2 jaunes d’oeuf

1/4 de tasse de raisin sec

Cannelle en poudre

Préparation :

Faire cuire le riz dans l’eau bouillante, avec le baton de canelle et le zeste, jusqu’à ce que l’eau disparaisse à moitié.
Ajoutez le lait condensé, les jaunes d’oeufs, mélangez bien ne laissez pas les oeufs cuire.
Ajoutez les raisins secs.
Laissez bouillir pendant 15 minutes et retirez du feu.
Servir les portions en saupoudrant la canelle selon votre goût, tiède ou froid.

 

Boissons en republique dominicaine

Peut on boire l’eau en republique dominicaine ?

Les Dominicains ont l’habitude de ne boire que de l’eau à table. Pour notre organisme délicat d’européens, l’eau des robinets n’est pas du tout recommandée, elle peut causer quelques soucis comme diarrhée, douleurs d’estomac ou encore infections plus graves. Cependant, on trouve partout de l’eau minérale conditionnée en bouteille de 1litre ou 0,5 litre ou plus pratique en bidon de grande contenance, les « botellones de agua » vendus par 5 gallons (= 19.6 litres pour être exact) dans tous les commerces comme les colmados (minis supérettes locales où on vend un peu de tout), supermarchés, stations services etc.

Ceci est vrai même dans les villes comme Punta Cana qui sont très touristiques !
Les jus de fruits : « jugo »

A consommer sans modération si vous les confectionnez vous-même et bus sans attendre.
En dehors des établissements touristiques éviter la consommation de jus de fruits (ici on dit jugo prononcer « rougo » et non pas zumo comme en Espagne) prétendus « frais ».

Les bières : « una fria »
– Les bières « Presidente » ou « Bohemia » toutes deux produites en République dominicaine sont excellentes, elles n’ont rien envier à d’autres marques internationales plus connues. Elles sont disponibles en deux versions : 33 cl ou 65 cl, les prix n’étant curieusement pas très différents. Légères et rafraîchissantes, c’est un vrai régal à boire à la terrasse d’un bar sur la plage, les pieds dans le sable, à l’ombre d’un cocotier. En République dominicaine on ne sert pas la bière fraiche mais outrageusement glacée, la bouteille entourée d’une petite serviette en papier (c’est certainement pour cette raison que la nomme ici « fria » au lieu du nom commun espagnol cerveza).

boisson republique dominicaine

Des nouvelles marques sont venues s’implanter : BRAHMA, QUILMES, ainsi que la fameuse « fria primium » (littéralement la froide premium).
Une boisson assez agréable est également produite localement : la bière de malte (la Malta Morena ou la Malta India), c’est une boisson économique, nutritive et sans alcool, à essayer sans modération si vous ne connaissez pas.

Les sodas « refrescos »

Comme dans tous les pays du monde, on en trouve ici les Pepsi, Coca Cola, Fanta, 7up, Sprite et autres sodas appelés ici « refrescos » à plus ou moins le même prix que les bouteilles d’eau minérale. Il y a aussi le Kola Real, le « Coca du pauvre » ou encore des boissons plus ou moins imbuvables, Red Rock et Country Club, hyper sucrées et à l’arôme assez indéfinissable.

Le vin

En ce qui concerne le vin, on en trouve, maintenant un peu de partout. Ce sont essentiellement des vins chiliens, argentins, espagnols ou même français. En général leurs prix sont assez élevés, en particulier si vous cherchez  des crus français, mais on peut trouver de très bons vins chiliens bien meilleur marché. Mais il existe aussi une production confidentielle de vin dominicain vers Neiba, un village à l’ouest du pays.

Le rhum

Mais le fleuron de « LA » boisson dominicaine est le rhum. On verra souvent les dominicains avec leur « chatica » bouteille de 1/4 de litre de rhum à la terrasse d’un bar, dans la rue, et même dans l’eau à la plage. Voir notre article consacré à cet excellent breuvage « Le rhum en republique dominicaine ».

boisson punta cana

Contrairement à d’autres îles des Caraïbes, sachez que les cocktails ne font pas partie de la culture locale comme on pourrait le penser. Le meilleur cocktail, et le plus simple qui ressemble au « ti punch«  antillais ou la « caïpirinha » brésilienne est un mélange de rhum, de sucre de canne et de citron vert.

Si vous voulez vivre à la mode dominicaine, sachez que si vous commandez un «  servicio de ron «  dans un colmado (épicerie-buvette), ou dans un bar: on vous apportera les ingrédients (rhum + coca ou sprite + citron) pour que vous le confectionniez vous-même.

Que faut-il emporter dans ses bagages en republique dominicaine

Nul besoin d’emporter une garde robe conséquente. La température oscille entre 19 et 27 degrés les mois de novembre à mars et 25 à 32 degrés d’avril à octobre.

Vêtements conseillés :

Vêtements en tissu léger, en coton de préférence : Short, chemisette, t-shirt, et bien évidement un maillot de bain !!! Sandales ou « tong », Chapeau, casquette et lunettes de soleils sont impératifs.

Prévoyez également un imperméable léger (surtout durant la saison des pluies), ne pas négliger un petit lainage pour les éventuelles soirées un peu fraiche de décembre et janvier et pour les trajets en bus climatisés à l’extrême.

Pour sortir le soir ou pour les restaurants chics, emporter un ensemble un peu plus habillé.

Une tenue correcte est exigée pour visiter les lieux de culte.

Pharmacie – Parapharmacie : (A mettre uniquement en bagage en soute)En République dominicaine , on trouve pratiquement toutes les équivalences des médicaments produits en Europe mais ils ne seront pas toujours disponibles au moment où l’on en a besoin. Il est préférable d’avoir avec soi un petit stock de quelques médicaments courants de première urgence et produits de parapharmacie. Sur place, n’achetez surtout pas un médicament ou produit de parapharmacie sur un étal de marché.

<u>Pensez à emporter :</u>

tous vos médicaments habituels en prévoyant quelques jours de plus au cas où votre retour serait décalé.

valise punta cana

– Ecran solaire résistant à l’eau et à indice élevé. Ne pas se fier à la brise ou aux nuages, les rayons UV du soleil tropical les ignorent et les traversent allègrement.
– Traitement contraceptif habituel.
– Traitement anti-moustique répulsif Insect Ecran® peau, Repel Insect®, Cinq sur Cinq tropic®.
– Anti-diarrhéique Tiorfan®, Smecta®. Immodium® ou équivalent.
– Noroxine® ou équivalent, si diarrhée persistante (également actif sur les cystites).
– Désinfectant local (Hexomedine®).
– Pansements multi-tailles, quelques compresses.
– Désinfectant oculaire (Dacryosérum®).
– Anti-pyretique (fièvre): Doliprane® ou équivalent (contre la douleur aussi).
– Antibiotique: Clamoxyl® ou équivalent (infections respiratoires).
– Aspirine ou Paracétamol.
– Cachets contre le mal de mer.

Accessoires :

3 ou 4 adaptateurs pour prises – fiches électriques type US.
1 transformateur de 110 à 220 Volts (facultatif les batteries des téléphones portables ou des appareils numériques mettront plus longtemps pour se recharger mais se rechargeront quand même)
Une lampe torche très utile en cas de coupure de courant.

Cigares en republique dominicaine

La République dominicaine, depuis ces dernières années est devenue un véritable paradis pour les amateurs de cigares.

Depuis 1994, la République dominicaine  est  devenue le premier pays producteur et exportateur de cigares « fait main » ou « hecho mano » dans le monde avant le Honduras et Cuba qui n’arrive qu’en troisième position, suivi de près par le Nicaragua. En 1996, le gouvernement Dominicain a réservé plus de180 hectares de terre propices à la culture du tabac à cigare. Grâce aux excellentes conditions de plantation de tabac que l’on retrouve dans la région de la vallée de Cibao (près de Moca/Santiago de los Caballeros), et surtout du savoir-faire des paysans, la plupart des cigares sont fabriqués dans cette région.

Aujourd’hui plus de 6000 Millions de cigares dont  250 Millions de cigares « premium » sont produits chaque année. Ce secteur fait vivre plus de 150 000 personnes et rapporte environ 220 millions de dollars US au pays.

Les experts déclarent que la qualité du cigare dominicain est d’une telle ampleur, qu’elle est en mesure de concurrencer les marques Cubaines les plus réputées.

Avant d’acheter un cigare, vérifiez bien si la bague ou la boîte porte l’inscription « hand made », ou mieux « hecho mano » ce qui veut dire « fait main« .  De l’avis de tous les connaisseurs éclairés seuls un cigare fait à la main est à même d’apporter le plaisir auquel vous pouvez aspirer. Même les Cubains aiment les cigares faits en République Dominicaine.

Pour les cigares dominicains, les marques les + connues sont :
Adán y Eva, Arturo Fuente, Ashton, Aurora Preferidos, Avo, Bolívar, Canaria D’Oro, Casablanca, Chubbys, Cohiba Dominican, Cubita, Cuesta-Rey, Davidoff, Delicioso, Diamond Crown, Dominique, Don Diego, Don Sebastián, Dunhill, Emilio Reyes, Griffin’s, Gurkha, H. Upmann, Hemingway, Fonseca, José Benito, J.R. Tobacco, Juan Clemente, La Aurora, La Flor Dominicana, La Habanera, La Primera, La única, Licenciados, Los Libertadores, Macanudo, Montecristo, Montecruz, Montesino, Nomi, OpusX, Padrón, Partagas, Paul Garmirian, Primo del Rey, Ramón Allones, Ricos Dominicanos, Romeo y Julieta, Royal Dominicana, Santa Damiana, Seijas Signature, Sosa, Troya, Zino Platinum et 858.
On peut également citer  » Thiriet Mercedes « , une des plus grandes marques de cigares dominicains, fondée par… un français (Jean Jacques Thiriet), en 1975. Il a été le premier des cigares dominicains à s’introduire sur le marché français et américain en 1982. Cette marque est reconnue pour la douceur de ces cigares, moins poivrés que les cigares cubains, mais avec beaucoup d’arôme et de bouquet.

cigares republique dominicaine

Tabacalera de Garcia, la plus grande fabrique de cigares faits main au monde se trouve à La Romana. Elle produit les marques réputées telles que Montecristo, H. Upmann, Romeo y Julieta, Santa Damiana et Don Diego. Visites guidées, du lundi au vendredi, de 8h00 à 16h00.

A Santiago, Tabadom Holding fabrique les fameux cigares Davidoff, Avo et Griffin’s.

Dans la région de Santiago de los Caballeros, il est possible de visiter quelques fabriques de cigares. La fabrique Leon Jiménez se visite assez facilement.

Conseil pour les vrais amateurs : Acheter les cigares uniquement dans de vraies boutiques (pour éviter de mauvaises surprises) et se limiter aux seuls cigares dominicains .
Avant de partir noter les prix pratiqués en France pour des cigares de marques énoncées ci-dessus ou mieux encore aller sur l’excellent magazine « Amateur de cigare » . on y trouve les marques, les tailles et prix en Euros.

ATTENTION !!!

L’immense majorité des cigares dominicains proposés en dehors des boutiques spécialisées sont faits à la machine donc ne pas se faire pas éblouir par des tarifs trop alléchants ou par les appellations « fait main » ou « hecho mano «  illusoires.

Seules les grandes marques produisent une véritable fabrication « fait main » ou « hecho mano »  et ceci sur les hauts de gamme uniquement et comme on ne sait pas si ce que l’on vous propose sont des vrais ou pas … ne pas retenir ces arguments trop faciles ….. et puis méfiez vous des contrefaçons !!!

cigare punta cana

Exemple :  Davidoff a abandonné l’île voisine de Cuba il y a maintenant plus de 20 ans afin de pouvoir continuer sa production en République dominicaine … Par contre, il interdit la vente de ses cigares sur place …. donc TOUS LES DAVIDOFF  proposés  (hors duty-free à l’aéroport) sont des contrefaçons !!!!  En règle générale considérez que tous les cigares de grandes marques proposés dans la rue ou hors des boutiques spécialisées sont de piètres copies.

BON PLAN
Depuis peu d’années à l’initiative de deux français, s’est crée à LAS TERRENAS (Péninsule de Samana) un petit atelier artisanal de cigares où les visiteurs peuvent découvrir les différentes phases de fabrication et gouter des cigares de bonne qualité et de surcroit faits sur mesure (doux ou corsés). Dans sa cave climatisée, la boutique propose également la vente des plus prestigieuses marques telles les Juan Clemente ou Arturo Fuentes.

POUR INFO

Les tolérances douanières permettent de rapporter en Europe 50 Cigares par personne adulte.

Petit lexique du cigare
Bague : anneau de papier aux couleurs de la marque et qui entoure le cigare
Cape : dernière feuille de tabac qui entoure l’extérieur du cigare
Cigares Premium : Standard de haute qualité : 100% tabac
Cigarillo : petits cigares fait de feuilles de tabac hachées
Ecotage : enlèvement de la nervure centrale des feuilles de tabac
Hecho a Mano : Fabriqué à la main (espagnol). Peut signifier que les cigares ont été roulés à la main ou qu’ils ont été emballés à la main (envuelto a Mano).
Light : Léger, arôme peu dominant .
Maduro : Cigares dont la cape est d’un brun profond.
Mild : Arôme moyennement dominant.
Module : Taille spécifique d’un cigare selon son diamètre, sa longueur et son poids
Poupée : feuille entourant les feuilles de l’intérieur du cigare
Puros : cigares dont la tripe, la sous cape et la cape sont de la même origine
Sous-cape : feuille de tabac entre la tripe et la cape
Torcedor : rouleur de cigares
Tripe : feuilles de tabac constituant l’intérieur d’un cigare
Tailles (modules) les + courantes
Longueur (mm)  /  Diamètre (mm)
Especiales+ de 230 / 17,7 – 19
Grands Panetellas 190 / 14 – 15,6
Doubles Coronas + de 180 / 19 – 20
Churchills 160 – 170 / 17,7 – 19
Guantanamera 106 – 150 / 29 – 41
Lonsdales + de 160 / 15,6 – 17,7
Figurados + de 150 / 20 et +
Grands Coronas 145 – 160 / 15,6- 17,7
Coronas gordas 145 – 160 / 17,7 – 19
Robustos – de 130 / 19 – 20
Petits panatellas – de 120 / 14 – 15,6
Demi-tasses – de 120 / 12,4 – 14
Petits coronas 105 – 130 / 15,6 – 17,7
Très petits coronas – de 105 / 16 – 17
Figurado – Module autre que le format cylindrique classique.
Perfecto – Module à tête ronde et pied pointu.
Pyramide – Cigare conique sur toute sa longueur.
Torpedo – Module de type pyramide.

 

Religion en republique dominicaine

RELIGIONS PRATIQUEES EN REPUBLIQUE DOMINICAINE :

En République Dominicaine, la liberté de culte est un droit constitutionnel.

95 % de la population est de confession catholique romaine. Les autres religions représentées dans le pays sont les évangélistes, les adventistes du septième jour, les baptistes et les mormons etc ….

–          L’église  catholique Romaine

Héritage de la colonisation espagnole, la Républiquedominicaine passe pour être un bastion catholique, puisque plus de 95 % de la population se revendique de cette foi. La nation a deux Saintes Patronnes : Nuestra Señora de la Altagracia est la patronne de la population dominicaine, et Nuestra Señora de las Mercedes est la patronne de la République Dominicaine.
L’église jouit d’un pouvoir important, intervenant dans la vie politique, sociale et économique du pays. Mais, les églises ont tendance à se vider progressivement, à peine un tiers de ces croyants pratique assidûment le culte à la messe du dimanche, phénomène plus aigu dans les grandes villes que dans les zones rurales.

Les rapprochements idéologiques entre une Église catholique et une religion populaire vaudou prenant le parti de la révolte ne satisfait guère le grand frère américain. Celui-ci ne voit donc pas d’un mauvais œil le développement de nombreuses églises évangélistes protestantes. Ces cultes étant souvent propagés par les descendants d’esclaves noirs américains arrivés dans l’île à la fin du 19 iem siècle.

 eglise republique dominicaine

– Les églises évangélistes protestantes

Ces organisations, disposant d’importants moyens financiers et de communication, se tournent en priorité vers les couches les plus pauvres de la population, celles des barrios marginados, les banlieues marginales, où elles tentent, avec un succès certain, de faire concurrence au catholicisme et aux religions syncrétiques. En périphérie urbaine et plus particulièrement dans la région de Samana, fleurissent les temples des innombrables sectes évangélistes et d’autres d’obédience différente au nom parfois des plus fantaisistes. Les plus représentatives sont les Adventistes du Septième Jour, les témoins de Jehova, les Baptistes et les Mormons, toutes en constante augmentation. Enfin, sont présents sur le territoire dominicain, quelques adeptes du judaïsme, de l’islam et du bouddhisme.

Ce n’est donc pas un hasard si Jean-Paul II avait commencé son pèlerinage planétaire par la Républiquedominicaine. En effet peu après son élection en 1978, Jean-Paul II, le pape le plus voyageur de l’histoire, réserva à la République dominicaine son premier déplacement et porta à la Vierge de la Altagracia, protectrice du peuple dominicain, une attention toute particulière.

religion republique dominicaine

Dans la région de Samana les pratiques de la Santería, (mélange de catholicisme et de vaudou religion populaire initiatique héritée de cultes africains) et du Vaudou coexistent dans la plus grande tolérance avec la religion catholique.

– La Santería

Dès leur arrivée sur l’île, partagée entre Haïti et la Républiquedominicaine (de l’époque), les esclaves africains étaient aussitôt christianisés par les Espagnols. Ils parvinrent avec difficulté à préserver leurs croyances et leurs rites, en associant les ­divinités africaines avec les saints catholiques. La Santería est née de l’union du culte des dieux africains et du catho­licisme. Dans un même lieu de culte, les fidèles adressent aussi bien leurs prières aux saints catholiques qu’aux divinités africaines.

– Le Vaudou religion populaire

Bien qu’officiellement le vaudou n’existe pas en République dominicaine, la pratique de quelques rites vaudous ou païens restent très vivaces et moins avouables publiquement.

Pour assister à certains rites, se rendre un lundi en début d’après-midi au grand cimetière de Saint-Domingue. Il se transforme alors en un lieu de culte dit de la « religion populaire ». À travers un dédale de tombes traditionnelles (ici les morts reposent le plus souvent dans des sortes de casiers superposés les uns aux autres) et de chapelles se déroulent de curieuses cérémonies. Les participants apportent de la nourriture à leurs morts, aux esprits, dans l’odeur entêtante des bouquets d’herbes aromatiques brûlés près des tombes. Les femmes fument le cigare en offrande aux dieux, certains participants entrent en transe.

– Tolérance religieuse

Il faut noter qu’en République dominicaine, s’exerce la plus grande tolérance envers les pratiquants des divers cultes qu’ils soient catholiques, baptistes, évangélistes, protestants ou même juifs. Pour l’anecdote il nous a été rapporté qu’à Nagua (province de Samana) une synagogue juive a été louée à une église pentecôtiste.

Dieu fera un tri et retrouvera les siens !!!

A l’attention des touristes : en République Dominicaine, c’est une offense d’entrer dans une église en état d’ébriété, vêtu d’un short ou en maillot de bain (et oui certains l’ont déjà fait).

Telephone – SMS et internet en republique dominicaine

Téléphone

Pour téléphoner en République dominicaine depuis la France: Composer le 00 (international) + 1 809 (code dela Républiquedominicaine) + le numéro à 7 chiffres de votre correspondant.

Les numéros de téléphone sont composés de dix chiffres. Si l’on vous donne seulement sept chiffres, il est probable qu’il faille ajouter le 809 devant.
Téléphoner depuis la République dominicaine vers la France : Composer le 011 (international) + 33 (code de la France) + numéro de téléphone sans le 0.

Pour téléphoner depuis votre téléphone portable français, ce dernier doit être de technologie tri-bandes et vous devez bénéficiez de l’option « monde ». Celà fonctionne bien mais le cout du roaming est élevé. C’est parfait si on veut seulement recevoir des appels pour être prévenu en cas de problèmes en France.

Pour envoyer des SMS vers la republique dominicaine ou depuis la république dominicaine il faut partir du même principe. Le prix d’un sms varie selon l’opérateur, n’hésitez pas à laissez des commentaires pour indiquer combien vous payez !

Bon plan : Avec votre téléphone portable français vous pouvez vous rendre dans une boutique de téléphonie pour vous procurer une puce dominicaine. Pour des appels au départ dela République dominicaine, on peut aussi acheter sur place un téléphone de technologie simple et peu cher à l’achat qui fonctionnera avec des cartes pré-payées type « claro prepago » ou « Orange prepago ». C’est la solution la moins cher et les recharges se trouvent absolument partout.

Pour téléphoner d’un portable à un autre portable, si la puce vient de l’île, vous devez composer le 809 ou 829. Si la puce vient de l’étranger, vous devez composer le 1-809 de même que si vous appelez d’un fixe à un portable.

Bien évidemment ceci marche depuis toute la republique dominicaine y compris depuis punta cana

telephone sms republique dominicaine

Internet

Le secteur de l’internet haut-débit en République Dominicaine est l´un des secteurs les plus dynamiques de l´économie dominicaine. De nombreux cybercafés sont présents dans chaque ville du pays et en particulier dans les zones touristiques.

Aujourd’hui, en République dominicaine il est plus facile de disposer d’une connexion internet (3G, satelitte, Wimax) qu’une ligne téléphonique fixe terrestre. Avec le déploiement de la fibre optique et du réseau 4Gla République Dominicaineest le pays le plus avancés dans le secteur des télécommunications de toutes les Caraïbes.

Enfin, il existe de nombreuses bornes WiFi dans tout le pays ainsi que dans la majorité des hôtels.

Principaux fournisseurs d’accès internet en République dominicaine

Claro – Codetel

Connexions (téléphonie, internet ADSL, internet 3G, Tv) Claro – Codetel est la plus importante compagnie de télécommunications de République Dominicaine

Orange

Connexions (téléphonie, internet ADSL, internet 3G) Au sein de la zone Caraïbes, Orange possède le meilleur réseau GSM du point de vue de la qualité (qualité de signal, qualité des appels, faible taux d’abandons et de coupures)

 

Si vous désirez connaitre le prix d’un sms ou d’un appel depuis la république dominicaine il faut visiter le site de votre opérateur

Pour orange : http://www.orange.fr/bin/frame.cgi?u=http://animation.orange.fr/v2_roaming/index.php

Pour sfr : http://www.sfr.fr/telephonie-mobile/services-options/international/depuis-etranger/

Pour bouygues telecom : http://www.reseau.bouyguestelecom.fr/international/communications_depuis_l_etranger/

Pour free (il n’y a que la grosse grille des tarifs, allez voir la page 28) : http://mobile.free.fr/docs/tarifs.pdf

Fetes et carnaval en republique dominicaine

FETES, CARNAVAL & MANIFESTATIONS EN REPUBLIQUE DOMINICAINE

La République Dominicaineest un pays principalement catholique, elle célèbre donc les fêtes religieuses de Noël, de l’Epiphanie, ou encorela Toussaintet bien évidemment les fêtes civiles.

 Agenda des grandes manifestations

Du 27 février au 4 mars : Carnaval
27 février : Fête nationale, anniversaire de l’indépendance, fin du carnaval

Juin : Latin Music Festival (Tous les grands noms de la musique latino se rencontrent à Saint-Domingue.)

10-12 juillet : Bachata Festival de Sosua (chants et de danses dominicaines)

Juillet (2ème quinzaine):Festival du Merengue, à Saint Domingue

20 août : Fête du cacao

Octobre (2ème quinzaine)

Festival du Jazz et Merengue à Puerto Plata, Sosua et Cabarete
Octobre Festival Presidente de Musica Latina (festival de musique latine) à saint Domingue.

Agenda des fêtes

1er janvier : Nouvel An (jour férié)

6 janvier : Épiphanie (le lundi le plus proche est férié)
21 janvier : Notre Dame d’Altagracia. La mère spirituelle des Dominicains est célébrée par des veillées en musique empreintes de chants d’origine africaine. (jour férié)
26 janvier : Jour anniversaire de Juan Pablo Duarte « père fondateur de la patrie » Il est considéré comme un héros et sa tête se trouve sur la pièce de 1 peso (le lundi le plus proche est férié).
27 février : Fête de l’Indépendance. (jour férié) Cette journée fériée propose un défilé de militaire à Saint Domingue, c’est aussi l’occasion de célébrer la fin du carnaval.

mars-avril : Semaine Sainte (toute la semaine peut être chômée) Les quatre jours précédant le lundi de Pâques sont l’occasion de festivités à outrance sur la plupart des lieux touristiques.

60 jours après le Vendredi saint : Corpus Cristi

14 avril : Journée panaméricaine

1er mai : Fête du travail (jour férié)
10 juin : Fête Dieu.
16 juillet : Fondation de la Trinitaria
16 août : Fête de la Restauration de la République (le lundi le plus proche est férié)
24 septembre : Fête de Notre-Dame de las Mercedes. (jour férié) Pélerinage à l’église de Saint-Cerro en l’honneur de La Virgen de Las Mercedes, sainte patronne des villages dominicains.
12 octobre : Jour de Christophe Colomb, commémoration de la découverte de l’Amérique.
24 octobre : Jour des Nations-Unies

1 novembre : Toussaint
6 novembre :
Jour de la constitution (le lundi le plus proche est férié)

25 décembre : Jour de Noël. (jour férié)

Du 12 décembre au 2 janvier Célébrations de fin d’année dans le Parque Central, à Saint-Domingue.

 

La Semaine Sainte (Pâques) en République dominicaine

La Semaine Sainte, entre fête chrétienne et fête populaire

Après les festivités de fin d’année,la Semaine Sainte, contrairement à ce que son nom indique, est la semaine la plus attendue et la plus festive en République Dominicaine. Elle est synonyme de retrouvailles familiales ou amicales, et aussi l’occasion de faire de nouvelles rencontres. Les habitants délaissent les villes pour se rendre dans leurs campos (campagnes) d’origine pour changer d’air ou visiter des proches.

On pourrait penser que durant cette semaine sainte, les dominicains se rendent à l’Église, ont des activités en relation avec la religion … et bien non. C’est une véritable liesse populaire. Les fêtes se déroulent dans la joie et l’allégresse. Tout le monde sort pour s’amuser, boire, rire ou chanter. La grande majorité en profitera pour se retrouver dans les rues et surtout sur les plages pour se divertir au maximum. Le Vendredi Saint, chacun s’occupe à sa façon : toute musique est interdite pendant 24 heures du jeudi soirminuitau vendredi soirminuit.

Les plus grandes fêtes ont lieu à Las Terrenas, Boca Chica et Sosua. Ce sont les destinations les plus recommandées pour découvrir les traditions et les folklores de la semaine sainte en République dominicaine.

Malheureusement, c’est aussi la semaine la plus dangereuse de l’année. Entre accidents de la route, noyade, débordements alcooliques.
Si en France la tradition est d’offrir du chocolat à Pâques, en République dominicaine, la coutume est la fabrication des traditionnelles « habichuelas con Dulce », un dessert typique dela Semaine Sainte (soupe froide faite à partir de haricots rouges, de patates douces, de lait concentré sucré, de lait de coco et de vanille) un vrai délice!

 

– Carnavals en République dominicaine.

Les Dominicains adorent la fête et célèbrent, non pas un, mais deux carnavals par an dans les grandes villes du pays : le premier (le plus tapageur) commence quelques jours avant le 27 février, le second le 15 août.

En effet comme dans toute la Caraïbe, la Républiquedominicaine ne serait pas tout à fait la même sans ses carnavals, fêtes populaires parmi les plus importantes de l’année.

Importés par les «conquistadores» espagnols, aux rites chrétiens sont venus par la suite se mêler des traditions africaines, musiques, chants et danses, apportés par les esclaves.

De nos jours, ils se tiennent le 27 février (date de l’Indépendance) et le 16 août (fête de la Restauration).
Le Carnaval est l’expression populaire la plus authentique de la culture dominicaine, c’est une explosion de sons et de couleurs. Cette fête très mobilisatrice est le creuset de cultures et traditions séculaires, véritable expression de l’identité nationale. Une liesse gigantesque s’abat alors sur l’ensemble du pays où la « Presidente » (bière nationale) et le « Brugal » (marque du plus populaire rhum dominicain) coulent à flot, sur fond de merengue.

Un folklore haut en couleurs, chaque ville, chaque petit village défile avec ses costumes, ses masques et ses musiques. La fantaisie est de rigueur et plus les masques sont effrayants plus la fête est réussie. Chaque ville s’enorgueillit de son style propre avec une mention spéciale pour le carnaval de La Vega ou laideur ou ….  la beauté des masques sont extravagantes.

A La Vega a lieu le carnaval le plus important de République dominicaine. Des milliers de personnes se donnent rendez vous dans les rues chaque dimanche de février ainsi que le 27 du même mois pour une fête endiablée dans un tumulte musical incroyable.

Les masques traditionnellement portés à La Vega sont impressionnants, voir même effrayants! Faits de papier mâché, peints dans des couleurs très vives puis vernis, ils représentent des diables à cornes (« diablos cojuelos »). La légende veut que le diable, agacé par un démon par trop turbulent, envoya ce dernier en pénitence sur terre. En arrivant, ce dernier se brisa une jambe et devint boiteux. On comprend mieux l’explosion de couleurs des « diablos cojuelos » qui défilent de nos jours, claudiquant cherchant dans la foule les pêcheurs pour se ruer sur eux avec leurs « vejigas », sorte de gros gourdins, pour les punir de leurs fautes!

Dans certains villages, tout comme àLa Vegales cortèges de carnaval parcourent les rues tous les dimanches de février et dans d’autres, les manifestations en sont complètement différentes aussi bien en ce qui concerne la forme que la date.

A San Pedro de Macoris, dans l’Est du pays, les « guyolas » défilent avec des costumes décorés de petits miroirs.

A Santiago, les « lechones » (porcs) du quartier dela Joya affrontent les « pepines ».

A Cabral, renommé pour ses représentations de « cachuas y civiles » qui envahissent les cimetières.
A Monte Cristi, les « toros » masqués et armés d’un fouet chargent le public.

A Cotui, pour ses « platanuses et papeluses ».

 

Les carnavals les plus réputés se déroulent à Santo Domingo, La Vega, Monte Cristi, Samana, San Pedro de Macoris, Bonao, et Santiago.

 

Un défilé a bien entendu lieu à Saint Domingue, la capitale du pays. Il se déroule le long du Malecón, avenue au bord de la mer des Caraïbes, y défilent les meilleurs groupe du pays.

On peut voir quelques-uns des masques et objets traditionnels du carnaval au musée de l’Homme de Saint Domingue.

 

Festivals

Le merengue a aussi ses deux festivals : Le Festival du Merengue le plus endiablé se tient à Saint-Domingue chaque fin juillet-début août et rassemble les plus grands orchestres et danseurs de merengue du monde. Le rythme dans la peau ? Impossible se résister au son de l’envoûtant merengue local !!  Pendant 3 jours, le Festival du Merengue met cette musique très populaire à l’honneur. Tout Santo Domingo vit au rythme de la musique et des déhanchements des danseurs. Les rues sont animées et tout le monde se met à danser sur des rythmes enfiévrés. Ce festival apporte de la joie et de la bonne humeur à tous les habitants.

Des troupes défilent sur tout le Malécon de Santo Domingo, la grande avenue longeant la mer.
Cette fête ne s’articule pas seulement autour de la danse, c’est toute la culture et l’artisanat dominicain qui est mis à l’honneur durant ce festival: il y a aussi des jeux, une présentation d’artisanat, des dégustations, des concerts… et même un concours national de préparation de cocktails !

L’autre Festival du Merengue se déroule à Puerto Plata la première semaine d’octobre.

 

– juin : Latin Music Festival (Tous les grands noms de la musique latino se rencontrent à Saint-Domingue.)
– 10-12 juillet : Bachata Festival de Sosua (chants et de danses dominicaines)
– Fin juillet : festival de merengue à Saint Domingue
– Fin août : fête du cacao
– Octobre : festival de jazz à Puerto Plata, Sosua et Cabarete
– Mi octobre : festival de merengue, à Puerto Plata
– Festival presidente de Musica Latina (festival de musique latine), en octobre, à saint Domingue.

 

Fête de la Virgen d’Altagracia en République dominicaine

On célèbre, le 21 janvier,la Vierged’Altagracia, sainte patronne et la mère spirituelle dela Républiquedominicaine. Elle est vénérée commela Vierge Marie, on la célèbre la veille et dans tout le pays le 21 janvier avec une ferveur religieuse dans les églises et plus spécialement à la basilique deLa Altagraciaà Higüey avec danses, chants et grande procession.

 

Rhum et cocktails dominicains

LE RHUM ET COCKTAILS DE REPUBLIQUE DOMINICAINE

Le rhum produit en République Dominicaine est consommé à 90 % dans le pays par les habitants qui en font une consommation parfois déraisonnable. Le rhum n’est vraiment pas coûteux en République Dominicaine. Trois marques, les trois B, se disputent âprement l’essentiel du marché local : Brugal (la plus populaire), Barcelo (la plus appréciée, peut-être) et Bermudez (la plus distinguée). Que vous soyez en tout inclus à Punta Cana ou dans le reste du pays le rhum sera certainement un ingrédient de votre voyage

Il existe trois types de rhum …

. Le rhum blanc (sec, léger, parfait pour les cocktails) , pour des cocktails plus forts essayez les rhums blancs siglés 151 fort en bouche, il brule plus facilement que l’essence car il titre 75,5° (attention à la gueule de bois !!).

. Le rhum brun (classique et fort en goût). L’Añejo ou Gran Añejo (rhum conservé plusieurs années dans des fûts en bois, ce qui lui donne un goût particulier) à consommer de préférence sec.

La République Dominicaineproduit également de très beaux rhums soutenant sans complexe la comparaison avec les grands Rhum produits dans les autres îles dela Caraïbes(Antilles, Cuba, Jamaïque). Ils sont peu consommés sur l’île car leur coût, certes justifié, est beaucoup plus élevé donc difficilement accessible à la population locale.

Le rhum Brugal « Extra Viejo » 8 ans d’âge est l’un des beaux exemples de ce que peut fournirla République Dominicaine.

Le Barcelo Imperial présente l’originalité d’avoir obtenu la meilleure note (97/100) jamais enregistrée par un rhum auprès du Chicago Beverage Institute. Le vieillissement de 7 ans est réalisé uniquement en fûts ayant contenu du bourbon du Kentucky.

Produit phare de la Maison Matusalem (initialement installé à Cuba), le Matusalem Gran Reserva a longtemps été connu sous le surnom de « cognac des rhums ». De nombreuses fois récompensé, il fut notamment élu, lors de sa réapparition en 1999, « Meilleur Rhum du Monde » par l’Institut américain du goût.

Si vous voulez vivre comme les Dominicains, dans un colmado (épicerie buvette) ou un bar, commandez un servicio de ron !! (petite bouteille de rhum servie avec du coca et sur demande des morceaux de citrons verts).

Cocktails – Recettes de cocktails

Exceptés dans les stations touristiques les cocktails ne font pas vraiment partie des coutumes locales. Néanmoins voici quelques exemples de Cocktails élaborés à partir du Rhum de République dominicaine.
Cocktail Rhum Coco Loco
Cocktail Rhum café
Cocktail Rhum Punch banane
Cocktail Rhum Punch planteur
Cocktail Rhum Cuba Libre
Cocktail Rhum Punch Coco Cocktail
Punch Rhum oranges amères 
Cocktail Rhum « Morir Soñando
Cocktail « Piña Colada »
Cocktail « Caipirinha dominicana »
Cocktail « Mojito dominicano »
Cocktail Rhum Coco Loco

Ingrédients:
4 mesures d’eau de noix de coco
1 mesure de lait de coco
2 mesures de Rhum blanc ou ambré de République Dominicaine
2 c. à café de sirop ou poudre de sucre de canne
Le jus d’un citron vert
Glace pilée

Préparation:

Découper le haut d’une noix de coco fraîche et conserver le jus
Mettre le sucre,  bien  remuer puis ajouter une tasse de glace pilée
Verser à l’intérieur le lait de coco, le Rhum puis presser un citron vert
Remuer le tout avec une paille
Il ne vous reste plus qu’à déguster (avec modération).

Cocktail Rhum café
Ingrédients:
1 Bouteille de Rhum blanc de République Dominicaine
2 gousses de vanille de préférence ou 1 cuillère à café d’extrait de vanille blanche
12 grains de café
10 cl de sirop sucre de canne

Préparation:

Vider un peu de Rhum pour laisser la place aux autres ingrédients
Fendre les gousses de vanille dans le sens de la longueur et les placer dans une bouteille de Rhum blanc (ou ajouter l’extrait de vanille blanche).
Ajouter le sucre, les grains de café et remplir à ras bord de Rhum.
Fermer la bouteille et bien mélanger.
Conserver 4 mois à l’abri de la lumière et en prenant soin de remuer le mélange toutes les semaines. Filtrer avant de servir et déguster (avec modération).

Cocktail Rhum Punch banane

Ingrédients:

5 cl de Rhum blanc de République Dominicaine
1/2 banane
2 cuillères à café de sucre roux  ou 10 cl de sirop sucre de canne
le jus d’1/2 citron
glace pilée
Préparation:

Mixer tous les ingrédients

Déguster avec modération.

Cocktail Rhum Punch planteur

Ingrédients:

2/10 de jus d’ananas
2/10 de jus fruit de la passion (chinola en République Dominicaine)
2/10 de jus de mangue
4/10 de Rhum blanc ou ambré de République Dominicaine
2 traits de sirop de grenadine
1 jus de citron
glace pilée
Préparation:

Mélanger les jus des fruits de la passion, d’ananas et le jus de mangue

Ajouter le Rhum blanc ainsi que le jus de citron
Parsemer de glace pilée puis ajouter le sirop de grenadine

Mélanger

Cocktail Rhum Cuba Libre

Ingrédients:

Pour 1 verre

6 cl de Rhum (Rhum blanc ou Rhum ambré de République Dominicaine)

le jus d’un citron
Coca-cola ou équivalent
1 tranche de citron vert pour la décoration

Préparation:
Coupez le demi citron en 4 et écrasez-le au fond du verre, ajouter quelques glaçons.
Verser le Rhum sur les glaçons, et remplir  avec le Coca-cola bien frais.
Tourner doucement pour éviter qu’il ne mousse.
Placer la tranche de citron à cheval sur le bord du verre.

Cocktail Rhum Punch Coco
Ingrédients:

1 boite de lait de coco
1/4 de sirop de sucre de canne
3/4 de Rhum blanc de République Dominicaine
2 pincées de cannelle en poudre
Glace pilée
Préparation:

Mettre dans chaque verre :

3 cuill.à soupe de glace pilée
le lait de coco
1 mesure de sirop de canne
3 mesures de Rhum blanc.
Ajouter la cannelle.
Mélanger et servir glacé.
Cocktail Rhum Sunrise

Ingrédients:
1 banane

8 cl de jus d’orange
5 cl de Rhum blanc de République Dominicaine
Glace pilée
Préparation:
Mixez les ingrédients une minute ou deux à forte vitesse.
Verser sur la glace pilée
Remuer avec une paille

Punch Rhum oranges amères
Ingrédients:
1 bouteille de Rhum ambré de République Dominicaine
zestes de 3 oranges amères
1 orange amère entière
un peu de bois de cannelle

1 gousse de vanille.
1 morceau de gingembre frais,
2 ou 3 clous de girofle,
2 étoiles de badiane,
Quelques grains de café dominicain ,
150 gde sucre

Préparation:

Faire macérer des zestes d’oranges amères et une orange complète dans un litre de Rhum ambré
Ajouter les autres ingrédients
Patienter un mois
Filtrer

Déguster (avec modération)

 

Cocktail Rhum « MORIR SOÑANDO »   (Mourir en rêvant … tout un programme!!!)

Ingrédients:

5 cl de Rhum blanc ou ambré de République Dominicaine
4 oranges
Quelques gouttes d’extrait de vanille blanche (facultatif)
Glaçons
Sucre
1/4 de litre de lait concentré non sucré (type Gloria)
Préparation:

Presser les oranges
Ajouter le Rhum

Ajouter le sucre à votre convenance et quelques gouttes de vanille blanche

Ajouter de la glace pilée

Ajouter le lait concentré non sucré

Conseil : Le lait doit être froid, afin qu’il ne tourne pas avec le jus d’orange.

Cocktail « PIÑA COLADA »
Ingrédients:

4 cl de Rhum blanc de République Dominicaine
2 cl de Rhum ambré de République Dominicaine
12 cl de jus d’ananas
4 cl crème de coco en boite

Préparation:

Réaliser la recette « Piña Colada » au blender ou au mixeur.

Mixer tous les ingrédients avec 6 glaçons pour obtenir un mélange onctueux dû à la glace pilée (frozen).
Servir dans un verre de type « verre à dégustation ».
Décorer avec un carré d’ananas, d’une cerise confite et 1 ou 2 feuilles d’ananas.

Déguster (avec modération)
Cocktail « Caipirinha dominicana »
Ingrédients:

5 cl de Rhum blanc de République Dominicaine
2 cuillières à café de sucre
1 citron vert

Préparation:

Couper le citron vert en 8 quartiers et enlever les petites parties blanches du centre du citron.

Mettre les morceaux de citron vert dans un verre et ajouter le sucre.
Piler le tout avec un pilon pour extraire le maximum du jus.

Remplir le reste du verre avec de la glace pilée puis verser le rhum.
Mélanger.

Cocktail « Mojito dominicano » 

Ingrédients:

6 cl de Rhum blanc (de préférence Brugal, Bermudez, Barcelo)
1 cuillère à café de sucre de canne
½ citron vert coupé en 4
6 ou 7 feuilles de menthe fraiches
De la glace pilée
De l’eau gazeuse
Pour la déco :
Un peu de sirop de menthe
Un peu de sucre de canne
Une rondelle de citron vert en déco

Préparation :

Le Mojito se prépare directement dans le verre.
Pour la déco, tremper le haut du verre dans le sirop de menthe puis dans un peu de sucre de canne en poudre.
Mettre dans le verre les feuilles de menthe, le sucre et le citron au fond du verre.
Ecraser  l’ensemble pour récupérer un maximum d’arômes.
Ajouter la glace pilée jusqu’à mi verre, puis le rhum puis l’eau gazeuse.

Mélanger avec une cuillère ou un remueur.
Pour la déco : Placer une rondelle de citron sur le bord du verre et une feuille de menthe sur le dessus.

Recherche